Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par alternativesenmedecinegenerale

 

Paris, le 20 novembre 2019

Le ratio enseignant/étudiant en médecine générale en petite amélioration

La filière universitaire de médecine générale doit être une priorité par les tutelles

 

Comme chaque année, le Syndicat national des enseignants de médecine générale (SNEMG) a rapproché le nombre d’enseignants universitaires équivalent temps plein (ETP) avec le nombre d’étudiants inscrits en 2e cycle des études médicales, et en 3e cycle dans le Diplôme d’études spécialisé (D.E.S) de médecine générale.

Voici les données au 1er janvier 2019 :

 

 

1er janvier 2019

1er janvier 2018

1er janvier 2017

Etudiants inscrits en 2e cycle (DFASM)

25495

25685

 

25825

 

Etudiants inscrits en 3e cycle de MG

  • En stage
  • Ayant terminé leurs stages (sans avoir validé leur diplôme)

14858 (-3,2%)

 

10665 (-3,4%)

 

4193 (+1,2%)

15187

 

11043

 

4144

15443

 

11443

 

4000

Nombre d’enseignants exprimé en équivalent temps plein (ETP)*

185,5 (+5,1%)

 

176,5

 

182,5

 

Ratio enseignants ETP/étudiants

1/80 (+7,5%)

 

1/86

 

1/84,6

 

*enseignants universitaires titulaires (temps plein) et associés (mi-temps)

 

Le SNEMG constate l’amélioration du ratio enseignants ETP/étudiants et s’en réjouit. Cette amélioration ne doit cependant pas cacher la diminution régulière du nombre d’étudiants inscrits en 3e cycle de médecine générale traduisant la diminution du nombre de postes ouverts après les ECN depuis la réforme de 2017. Cette diminution reflète toujours l’absence de vision en faveur d’un système de soin centré sur les soins premiers comme l’a récemment défendu le collège de médecine générale dans son manifeste[1].

 

En outre, le SNEMG rappelle que, malgré la petite amélioration du ratio, l’encadrement des étudiants en médecine générale reste notoirement inférieur à l’encadrement des étudiants des autres disciplines estimé à 1/10, et loin du compte pour former les internes à la médecine générale et les orienter à s’installer dans les territoires. Le SNEMG rappelle qu’un premier ratio acceptable se situerait au minimum à 1/30.

 

Dr Anas Taha 

Président du SNEMG

 

[1] Collège de la médecine générale. Manifeste pour un système de santé organisé. Disponible sur : https://lecmg.fr/wp-content/uploads/2019/03/CMG-MANIFESTE-SYSTEME-DE-SANTE-MARS-2019.pdf

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article